Jeanne : « Moi aussi je suis zadiste »

Publié le Mis à jour le

jeanneJe m’appelle Jeanne, j’ai 33 ans, je suis mariée, j’ai trois enfants, j’habite à Ornacieux en Isère et moi aussi je suis zadiste.

Agrégée de lettres à 22 ans après une maîtrise d’allemand, j’ai enseigné 6 ans, auparavant j’avais été animatrice spécialisée, assistante sanitaire, téléenquêtrice, travailleuse saisonnière agricole, agent d’accueil, « opératrice marketing »… J’ai démissionné de l’Education nationale suite à un burn-out et au suicide d’une amie. J’ai bossé bénévolement dans une association culturelle, puis je me suis consacrée au théâtre, par nécessité vitale. Par nécessité économique j’ai beaucoup travaillé pour donner une structure administrative à la compagnie que j’ai fondée en 2006 avec mon mari. Je ne suis pas indemnisée, nous faisons bouillir la marmite grâce au mi-temps de mon mari et à notre travail artistique. La compagnie, basée sur le territoire de Bièvre-Isère-Communauté (où se trouve Roybon), a employé 10 salariés intermittents et 1 salariée permanente en 2013-2014, grâce à un emprunt solidaire, – et embaucherait un comptable si elle avait les moyens. Si tous les acteurs économiques culturels voulaient se donner la main, on mutualiserait des lieux et des emplois, et il n’est pas de territoire si reculé soit-il qu’on ne pourrait développer.

J’ai adhéré à l’association PCSCP (Pour des Chambarans Sans Center Parcs) après avoir lu les conclusions du rapport de l’enquête publique Loi sur l’eau.

Je suis zadiste parce que j’ai constaté les faiblesses du projet et les dangers qu’il représente pour l’environnement et pour le tissu économique et social, donc pour l’homme.

Je suis zadiste parce que je crois que les alternatives existent et qu’il faut travailler ensemble à un développement par le tourisme doux, et par l’investissement sans Pierre et Vacances.

Je suis zadiste parce que je m’insurge contre les abus de pouvoir qui ont accompagné la mise en œuvre de ce projet.

Parce que je connais sur mon territoire bien des personnes qui subissent des emplois précaires et des entorses au droit du travail (aéroport de St-Geoirs, grande distribution, collectivités…). Parce que j’ai vécu dans ma chair le travail qui abîme.

Je suis zadiste aussi parce que j’ai grandi dans le souvenir de ceux qui ont lutté pour d’autres qu’eux-mêmes.

Mes respects et merci aux humbles résistants de maintenant.

Pour que la terre reste habitable, et la vie vivable.

Parce qu’il reste encore quelque chose à défendre.

Je suis zadiste, et c’est un honneur pour moi.

Jeanne


Vous aussi envoyez nous votre « Moi aussi je suis zadiste », en texte, vidéo ou audio, à zad-roybon@riseup.net. Les règles du jeu sont ici !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s