communiqués

Communiqué du 30 novembre

Publié le Mis à jour le

Voilà plus de 3 semaines que nous n’avons pas écrit de communiqué, en vous laissant sur des nouvelles d’incendie à la Marquise…

Mais rassurez-vous : « Tout va très bien, tout va très bien! »

Depuis début novembre, il y a eu beaucoup de passage de personnes venues nous soutenir après l’incendie et nous les remercions très chaleureusement pour nous avoir apporté un soutien matériel et moral!

Nous avons perdu la plupart de notre matériel de construction dans l’incendie. Si du matériel traîne chez vous et ne sert plus ou si vous souhaitez faire un don, sachez que nous sommes à la recherche de: Visseuse, échelles, paille, brouette, plaques de bois (contreplaqué), chevrons, bâches.

Le week-end des 7 et 8 novembre a été un excellent moment de chantier collectif à Palette Palace. Il faisait très beau et très chaud. Nous avons été une vingtaine à mettre la main à la paille, à la terre, au bois, aux marteaux et aux clous, pour avancer sur l’isolation de la cabane sur fond de chorale révolutionnaire improvisée. Palette Palace est, à présent, une cabane habitée et habitable pour l’hiver!

Le week-end suivant, une copine est venue découvrir la ZAD et nous faire découvrir le documentaire « L’argent n’a pas d’odeur » qu’elle avait réalisé à Sivens.

Après cette belle période d’été indien, c’est de façon très soudaine que nous nous sommes retrouvés sous la neige! On n’entre pas en hibernation pour autant et la vie se poursuit entre chantiers d’isolation/réparation de cabanes, réparation du toit de la Marquise, ateliers confitures, pressage de pommes…

Une occupante féministe a aussi commencé à organiser régulièrement des discussions thématiques. Mercredi 25 novembre, nous nous sommes réunies en groupe non-mixte à Saboté pour une discussion sur les violences faites aux femmes. Vendredi 27, nous avons eu une discussion (mixte cette fois-ci), à la Marquise, sur « Soutenir unE survivantE  d’agression sexuelle ». La prochaine discussion (mixte et ouverte à toutEs) se tiendra le samedi 5 décembre à 13h30 à la Marquise et portera sur le consentement.

Parmi les bonnes nouvelles récentes, sachez que nous sommes en train de constituer un collectif qui s’installera à la Marquise, pour pouvoir améliorer les capacités d’accueil de la maison, pour pouvoir mieux vous recevoir et pour organiser plus d’activités (projections, discussions, ateliers sérigraphie, bricolage, construction…ce ne sont pas les idées qui manquent!).

Nous vous rappelons que vous êtes toujours les bienvenuEs pour venir nous rendre visite (vous trouverez toujours des gens à la Marquise). Il y a de la place pour dormir et de quoi préparer de bons petits plats alors n’hésitez pas à venir passer une journée, 2 jours, 3 jours, une semaine, un mois ou plus!

A bientôt dans les bois!

Publicités

Communiqué du 5 novembre

Publié le Mis à jour le

Quelques nouvelles de la ZAD de Roybon, toutes fraîches, pour vous préparer un peu à ce bel hiver qui arrive, en espérant ne pas vous refroidir, au contraire!

C’est que c’est un peu du passé, maintenant, la chaleur que nous a apporté l’été et le jugement du 16 juillet dernier. 16 juillet, au tribunal administratif de Grenoble : « L’arrêté du préfet de l’Isère du 3 octobre 2014 portant autorisation au titre de la loi sur l’eau concernant le Center Parcs du domaine de la forêt de Chambarans dans la commune de Roybon est annulé ». Pierre & Vacances est donc bloqué dans l’engagement de ses travaux. Pour un temps.

Le rendu de la cour de Grenoble évoque en effet « la possibilité de remise en état de plusieurs sites de zones humides détériorées, d’une soixantaine d’hectares, situés dans la Drôme, dans le sous-bassin versant de l’Herbasse, à une trentaine de kilomètres du projet ». P&V contacte le SIABH (Syndicat Intercommunal d’Aménagement des Bords de l’Herbasse) en vue de se mettre dans les poches assez de terres de zone humide pour pouvoir faire compensation, comme le voudrait l’incorruptible justice française…

De plus, le groupe a bien fait appel, et ne s’est pas contenté de ça: ils ont aussi sollicité la cour de Lyon, pour que le rendu de la cour de Grenoble ne soit plus suspensifs et leur permette de reprendre les travaux d’ici là. La cour de Lyon leur a déjà permis à plusieurs reprises de contourner une décision de la cour de Grenoble.

En bref, ils ont bien l’intention de pouvoir continuer les travaux le plus vite possible (la coupe des arbres est possible de novembre à mars).

La lutte continue donc. L’occupation se poursuit, et la lutte juridique aussi.

Le PCSCP (Pour un Chambaran Sans Center Parcs) maintient ses recours, 6 en tout. En cours : sur la loi sur l’eau, les espèces protégées, et l’assainissement ; un nouveau lancé en octobre sur le prix de vente du terrain, pour obtenir l’annulation de la vente, parce que ce prix est beaucoup trop faible pour une commune endettée (pour info, 30 centimes le mètre carré, pas cher, ma forêt, pas cher!). Elles et ils ont aussi saisi la Cour européenne avec deux recours, loi sur l’eau et aides publiques. Y’a encore du boulot, si y’a des amatrices-amateurs !

La zone, elle, reste habitée par quelques incorruptibles et quelques passants. L’hiver s’annonce rude et il faut vite terminer et isoler les dernières cabanes. Les soutiens, cet hiver, seront les bienvenus, pour réchauffer les quelques courageuses et courageux des bois. De plus en plus d’ouverture vers la vie locale, des interventions dans des lycées, quelques concerts et projections, des liens qui se tissent au fil du temps avec les habitante-s … On est aussi allé-es voir les copains de Poligny (qui luttent contre un Center Parcs dans le Jura) : les gardien-nnes veillent.

Nous invitons à nous retrouver les 18, 19 et 20 décembre 2015, là haut dans cette bulle tropicale qui a encore quelques fuites et courants d’air… Forêt, forêts, que racontent-elles ? Pour chanter, chantiers, planter des arbres, manger des châtaignes, discuter autour de l’avenir de nos forêts, ou nous rencontrer … Affiche et détails à venir, retenez ces dates et parlez-en autour de vous !

Pas facile de militer avec des adresses mail, on a bien envie de palper vos présences !
A bientôt dans les bois !

Appel à manifester en mémoire de Rémi Fraisse et à dénoncer les violences d’État

Publié le Mis à jour le

Le 26 octobre 2014, les provocations des forces de l’ordre à l’encontre des opposants au barrage de Sivens se soldèrent par la mort de Rémi Fraisse. Le rapport d’enquête de l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) concluait quelques semaines plus tard qu’« en l’état des informations recueillies au cours de cette enquête, et au plan administratif […], l’IGGN ne dispose pas d’éléments permettant de caractériser une faute professionnelle ». Mais l’enquête judiciaire déterminera-t-elle la responsabilité des décideurs d’avoir autorisé l’utilisation des grenades offensives pour maintenir l’ordre de cette obsessionnelle guerre économique qu’on nous demande fanatiquement de mener contre toute raison ? Car il s’agit bien pour ceux-là de l’ordre économique actuel qu’il faut maintenir.

Le 30 juillet 2010, Nicolas Sarkozy, lors de son discours haineux de Grenoble, en appelait à une plus grande fermeté envers les délinquants « d’origine étrangère » menaçant les honnêtes travailleurs français et légitimant le recours à des mesures législatives et des moyens matériels toujours plus importants et sécuritaires envers les immigrés. Mais il fallait être bien naïf pour ne pas comprendre qu’on visait ici à durcir la répression non seulement contre le mauvais immigré qui ne s’intègre pas, mais aussi pour « liquider l’héritage de mai 68 » et la contestation, de manière plus générale.

Le 21 octobre 2010, durant la manifestation contre la réforme des retraites, les forces de l’ordre encerclaient pendant plusieurs heures la place Bellecour à Lyon puis sélectionnaient au faciès les individus ayant le droit de quitter la place ou non. C’est sous le gouvernement Hollande que les pompiers grenoblois furent traités avec mépris durant le mois de décembre 2013 alors qu’ils s’opposaient à l’augmentation du temps de travail qui leur a été imposée. Durant ce mouvement, un pompier gréviste perdit un œil à cause d’un tir de flash-ball ; le tireur et ses responsables ne furent jamais inquiétés par la justice. Il faut aussi compter la grandiloquence des moyens employés pour déloger les occupants dénonçant les Grands Projets Inutiles et Imposés (GPII) : 1200 gendarmes et policiers, 2 hélicoptères pour évacuer la ZAD de Notre Dame des Landes le 16 octobre 2012 et 500 autres le 23 novembre 2012 ; 300 gendarmes pour évacuer une vingtaine de personnes à la ZAD de Sivens le 6 mars 2015 (selon le site Le Monde.fr du 6 mars 2015). Régulièrement la force est employée de manière musclée pour évacuer certains squats comme au 51 rue des Eaux-claires à Grenoble le 30 mai 2015 et quelquefois de manière illégale comme pour l’évacuation de « Garave », le 8 août 2015 à Fontaine, près de Grenoble.

Mais c’est surtout dans le silence médiatique que la police tue régulièrement, de préférence dans les quartiers populaires. C’est là que le racisme refoulé des policiers peut se lâcher en toute légitimité puisque le gouvernement et les médias de masse y ont fabriqué l’image type du « délinquant », comme ce fût le cas pour Amadou Koumé le 6 mars 2015, Mehdi Bouhouta le 3 septembre 2015 et bien d’autres auparavant. En quatre décennies, entre 500 et 1 000 personnes auraient ainsi succombé, directement ou indirectement, des suites d’une opération de police, selon le lien : http://www.bastamag.net/Bavures-policieres-mortelles.

Les dérives à cette idéologie sécuritaire ne se sont pas fait attendre non plus. Nos élus locaux, en n’hésitant pas à réduire les divers opposants aux GPII à des « Khmers verts », « djihadistes verts » ou « minorités agissantes », ont stimulé les plus aliénés au système à s’organiser en milices agissant de façon autonome sous le regard bienveillant des forces de l’ordre. Ce fut le cas dans le cadre de l’opposition au barrage de Sivens où durant une semaine des adhérents à la FNSEA firent le siège de la ZAD et s’en prirent physiquement aux opposants au projet. De même concernant l’opposition au Center Parcs dans les Chambarans où les opposants durent faire face à des agressions physiques, des jets de cocktail molotov incendiant une construction et des véhicules et un déluge d’insultes sur les réseaux sociaux incitant à la violence et au meurtre. Dans un contexte un peu différent, cette dérive incite aussi à exprimer ses idées fascisantes comme ce fut le cas récemment lors de l’expulsion par des riverains d’une famille Rrom qui avait trouvé refuge dans une maison inhabitée de la commune de Saint Martin d’Hères.

Parce que la mort de Rémi Fraisse ne doit pas tomber dans l’oubli, parce que les forces de l’ordre ont toujours été la main armée des gouvernants quels qu’ils soient, parce que nous refusons ce monde tel qu’il se construit, nous vous appelons à venir manifester le 24 octobre 2015 à 14 h au Jardin de Ville à Grenoble. Après la manifestation : projection du film « La résistance respire » sur la lutte contre le barrage de Sivens.

Collectif grenoblois de soutien à la ZAD des Chambarans

Version à imprimer : Appel_a_la_manif_du_24_octobre_2015

 

TOUT NOTRE SOUTIEN AUX OCCUPANTS DU CENTRE AUTOGÉRÉ DE LA PISCINE DIDEROT DE ROMANS (dpt26)

Publié le

« Ce matin se tenait l’audience du procès des occupants de la P Piscine Diderot située dans le Centre de la ville de Romans sur Isère.
Renommée « Centre Autogéré de la Piscine » par le groupe d’activistes engagés, le lieu avait été abandonné par son propriétaire, la municipalité de Romans, suite à la construction à quelques kilomètres de la ville d’un nouveau centre aquatique.
Habitués au tarif abordable de ce lieu symbole de jeunesse et de proximité, les habitants de Romans sur Isère ont été nombreux depuis le début de l’occupation à passer quotidiennement soutenir l’initiative des occupants du lieu.
Pourtant, dès les premiers jours, une pression politico-policière à été exercé sur les nouveaux habitants de la piscine. Rapide, la justice qui sait dans de nombreux cas se faire attendre à immédiatement trouvée un échos dans notre belle justice indépendante.
Ouvert courant juin, le centre social autogéré a reçu début Juillet un huissier l’informant de la tenue de l’audience devant le tribunal de Valence pour le 15 Juillet dernier. L’avocat de ses derniers, maitre Costa, a obtenu un report d’audience et s’attendait à quelques mois de délais. Il n’en fut rien, l’audience s’est tenue se matin même, Mercredi 22 à 9h.
Attendu pour le 29 Juillet, le rendu de l’audience est à ce jour impossible a prévoir. Le juge en charge du dossier est connu pour sa sévérité envers les squatteurs.
Nous apportons tout notre soutien à nos amis habitants et gérants le centre social de la Piscine Diderot. Nous saluons leur volonté de mettre en oeuvre des activité participative et soulignons le respect mutuel pour les engagement dans les causes de la lutte globale.
Nous appelons toute personne désireuse de leur apporter du soutien, morale, physique ou matériel à se rendre dès à présent sur place pour proposer ou participer aux nombreuses animations organisées sur place.
Aussi, nous rappelons aux artistes peintres et autres graffeurs que les murs intérieurs de l’ancienne piscine est à leur entière disposition, parce que la vie est plus belle en couleur !!!
Rendez-vous le 29 Juillet pour un rassemblement en vue d’une éventuelle décision d’expulsion immédiate mandaté par le juge du tribunal de Valence.
Parce qu’ensemble on va plus loin : Nous sommes le peuple debout, et nous le resterons !!
LA ZAD EST PARTOUT !!
Toutes les infos sur :
https://lapiscinediderot.wordpress.com/ »

Communiqué de presse depuis la forêt habitée des Avenières

Publié le Mis à jour le

Depuis le début de la contestation du projet de Center Parcs à Roybon il n’y a aucun signe d’abandon définitif des ambitions de l’entreprise Pierre & Vacances. En conséquence, les habitants de la forêt des Avenières ne souhaitent pas déménager. Ce matin, le 9 juillet, l’huissier mandaté par Pierre et Vacances c’est déplacé sur les lieux. Il assure qu’il reviendra demain. Nous sommes nombreu.se.s domicilié.e.s dans les habitations réparties sur les parcelles de la zone du projet. Demain nous attendons que l’huissier constate l’état réel de l’occupation.

Contact : 0672735134

zad-roybon@riseup.net

11.07_CP

Passage d’Alterniba à la Zad hier en fin de journée.

Publié le

Bonjour à toutes et à tous,

Hier Mercredi 1er Juillet, nous recevions le Tour Alternatiba !!

Les vrais sportifs et sportives de l’année sont venus jusqu’à nous pour une rencontre dégustative et militante. Une rencontre réussie, alimentée de rires et d’échange. Nous avons pu confronter nos différentes réalités, celles de gens engagés vivant leurs convictions qui proposent de nombreuses alternatives.

tour alternatiba

Après quelques heures, ils ont repris leur route en direction de Saint-Antoine-l’Abbaye, où se tenait un réunion publique, animée pour l’occasion par un groupe d’habitants de ce village. La thématique de cette rencontre était : « Les alternatives aux projets énergivores ; Le Center Parcs de Roybon ».

En présence d’opposants locaux au projet de Center Parcs, d’habitants de Saint-Antoine, et de quelques mutines et quelques lutins de la forêt des Chambarans, une petite conférence champêtre s’est tenue, suivie d’un moment d’échange en petits groupe.

Une centaine de personnes étaient donc réunies pour aborder ensemble l’urgence d’un réveil global.

Nous remercions particulièrement les organisateurs de cette manifestation, et bien haut et fort les membres du Tour Alternatiba !!

Un discours et un parcours très intéressant à suivre en cliquant ici.

Communiqué Spécial « Audience décisive au tribunal de Grenoble »

Publié le

Bonjour à toutes et à tous.

Ce matin, Jeudi 2 Juillet 2015 à 9 heures, se déroulait au tribunal administratif de Grenoble, l’audience en référé sur le fond, concernant les recours de la lois sur l’eau et la destruction d’espèces protégées, déposés par les différents partis d’oppositions au projet du Center Parcs de Roybon.

forces_de_lordre

 

Dans les rues adjacentes au tribunal administratif de Grenoble, une horde de CRS et de policiers suréquipés attendaient une éventuelle confrontation entre les gros bras favorables à ce projet et ses opposants Ce ne fut pas le cas. En effet, une centaines de personnes sont restées patienter le temps des trois heures d’audience: environ une cinquantaine de pro-center parcs du troisième age, quelques élus accompagnés de leurs chers collaborateurs, des chefs d’entreprises locaux et un méli-mélo de différents opposants aux projets.

Quelques parlementations entre les deux parties ont eues lieux durant la matinée. Il apparaît que le dialogue semble enfin possible. Une situation peut être due à la présence régulière de bon nombre d’entre nous depuis le début de l’occupation et de ce fait, à la fréquence de nos rencontres. On en est cependant pas encore à dîner ensemble.

TribunalAdministratif2

Pendant ce temps, dans la salle chaude et moite du tribunal, on ne pouvait pas mettre un pas devant l’autre. Les nombreux avocats, les membres des différents partis et les militants de toutes opinions faisaient face au juge et à ses confrères. Les débats très techniques, tournés tout autant vers l’aspect écologique du dossier que sur son utilité publique et sociale, ont animés cette audience décisive pour l’ensemble des personnes présentes.

Chaque argument des avocats de l’opposition était l’occasion d’entendre le jeu bien procédurier de la défense. Jouant sur le fil de la législation, les avocats de Roybon Cottage et les représentants du préfet ont montrés leur mépris pour la terre et ses occupants de toutes espèces. En soutenant unanimement le rapport défavorable à P&V rédigé par le rapporteur public, les avocats de PCSCP, des pêcheurs et de la FRAPNA ont réussis à exposer les réelles inquiétudes qui ont motivés les différents recours introduits ces dernières années.

 

Nous attendons maintenant le rendu du délibéré annoncé pour le 16 juillet prochain.

Quelle qu’en soit l’issue, nous gardons espoir et restons vigilants. Le dernier mot, juridiquement parlant, reviendra au juge du tribunal administratif de Grenoble.

acata

Rendez vous donc à partir du mercredi 15 Juillet pour 4 jours de festivités et, nous l’attendons, de célébration! (+ d’infos à venir)

En attendant, vous êtes toutes et tous les bienvenus à nous rejoindre sur la ZAD Roybon !!

 

A bientôt dans les bois

Les mutins et les Lutines de la forêt des Chambaran

En Juillet, venez pousser pierre en grandes vacances !

Publié le Mis à jour le

Le défrichement pour le Center parc est bloqué depuis décembre dans la forêt des Chambarans. 
L'occupation vivante et les recours sur le plan légal ont freinés Pierre et vacance, 
une occasion pour lui de se réconcilier avec l'état de droit capitaliste qu'il avait un peu brusqué. 
L'examination des derniers recours aura lieu le 2 juillet. 
Malgré les forts arguments des associations PCSCP (Pour Chambaran Sans Center Parc), FRAPNA et pêcheurs Drômois, 
ce projet destructeur pourrait revêtir son armure de la légalité. 
Si la pilule de compensation écologique fait son effet, le parquet de Grenoble ignorera – entre autre – la destruction des zones humides.

Alors politiciens et Préfet lancent déjà leurs manigances. 
Des médias asservis préparent la population à accepter l'expulsion de la zone. 
Devant ce mépris, rassemblons-nous. 
Motivé par nos élans de révolte, par le fameux mouvement « zad partiste! » ou par la destruction des infrastructures au  pouvoir ! Faisons face !
Les 200 hectares de forets, leurs nombreuses cabanes et barricades, 
leurs animaux et leurs lutin.es rêvent de nouveaux groupes organisés et expérimentés, 
de cagoules solitaires, de nez rouges  écarlates ou de toutes entités créatives.

Oui, l'état est encore fort, mais on ne vit pas que pour gagner. 
Notre vulnérabilité, notre désarroi et notre souffrance méritent aussi le devant de la scène. 
Venons pour vivre face à leur connerie, pour assaillir de notre existence leur obéissance stérile. 
Crier, tenir, soutenir, chanter, lancer, flamber, rire, vomir, toute résistance vivante les ralentira. 
Cette zone vit, elle inspire certain.es passant.es et accueil toujours les critiques constructives. 
Éprouver ensemble ces instants intenses, là aussi s'enrichit la lutte.
 Et parfois l'espoir, le culot ou l'expérience renversent la balance.

Nous invitons bien sûr les motivations médicales, auto-média et créativités tactiques à dévoiler leurs savoir-faires.
Chaque infrastructure construite devient une arme pour légitimer leur fléau, agissons !


Bienvenu.e.s dès demain ou pendant l'été en appel d'urgence.

De la forêt libre et d'ailleurs...

APPEL A MOBILISATION ET SOUTIEN A LA ZAD DE ROYBON

Publié le Mis à jour le

Depuis quelques jours, plusieurs éléments s’additionnent et nous font penser que les autorités vont tenter d’évacuer la ZAD de Roybon dans les prochaines semaines.

Le 2 juillet, les recours engagés par PCSCP, la FRAPNA et la Fédération de la Drôme pour la pêche et la protection du milieu aquatique contre les deux arrêtés du préfet qui autorisaient le début des travaux seront examinés sur le fond par le Tribunal administratif. Le verdict tombera vraisemblablement durant les 2 semaines qui suivront.

En attendant l’Etat prépare le terrain. La semaine dernière plusieurs articles relayant la parole du Préfet ont paru dans la presse (vous pouvez retrouver l’un de ces articles ici : http://www.lefigaro.fr/actualite-fr…

Jean-Paul Bonnetain, le nouveau préfet de l’Isère, souligne dans ses propos qu’en cas de décision favorable à Pierre & Vacances par le Tribunal administratif, il n’attendra pas pour envoyer la cavalerie. Rappelons-nous qu’il ne fallut pas plus de 2 heures aux forces de l’ordre pour débarquer à Sivens après le délibéré !

Ces articles visent certainement deux choses : d’une part ils préparent l’opinion publique à l’évacuation des occupants, et avertissent même les pro-Center Parcs pour un éventuel soutien aux forces de l’ordre et d’autre part, ils espèrent décourager ceux qui seraient tentés de rejoindre la ZAD.

Deux, trois jours après le discours du préfet, le Conseil d’Etat annule le jugement suspensif au titre de la loi sur l’eau du 23 décembre. (http://www.lemonde.fr/planete/artic…) Le juge des référés avait estimé alors qu’un doute existait « quant à la suffisance des mesures prévues par l’arrêté pour compenser la destruction de zones humides qu’entraînera la réalisation du projet ». ( http://grenoble.tribunal-administra…)

Si les travaux ne sont plus suspendus, cela signifie qu’ils peuvent reprendre dès maintenant.

Pour un point judiciaire plus complet c’est ici : http://www.pcscp.org/Center-Parcs-R…

Un autre indicateur nous signale aussi l’éventuelle évacuation prochaine : un décret vient d’être publié, le 13 juin 2015, au journal officiel, permettant à la préfecture de prolonger pour une durée maximale de trois ans l’arrêté de défrichement de Pierre & Vacances qui arrivait à expiration mi-juillet (http://www.ledauphine.com/isere-sud…).

Tous ces éléments nous permettent donc de penser que les forces de l’ordre pourraient arriver sur les lieux au plus tard à la mi-juillet, si le Tribunal administratif (qui se veut indépendant) donne raison au Préfet et à Pierre & Vacances…

Nous appelons donc d’ores et déjà, tous ceux qui le peuvent à rejoindre au plus tôt la ZAD.

Tout le monde peut apporter son aide. Toutes les sensibilités et les manières de résister trouveront leur place.

ILS VEULENT NOUS ENTERRER MAIS ILS OUBLIENT QUE NOUS SOMMES DES GRAINES PRETES A GERMER

Des nouvelles d’Oléron.

Publié le Mis à jour le

Bonjour à toutes et à tous !!

Voici des news fraîches de nos ami-e-s de la ZAD d’Oléron. A bientôt dans les bois !!

Communiqué après expulsion de la ZAD – la Maison Heureuse à Boyardville – 12 mai 2015

La ZAD de la maison Heureuse fêtait son premier mois d’occupation officielle le 11 Mai.

Mardi matin à 6 heures, le 12 mai, une compagnie de 110 unités encerclait la Maison Heureuse. Des moyens extrêmement militarisés ont été déployés, notamment des bateaux autour du site pour nous empêcher de s’enfuir par la mer. Il y avait un hélicoptère, une équipe formée à l’escalade de bâtiments, un bélier, des maîtres chiens, des démineurs, du personnel du Ministère de l’intérieur (photographe et cameraman), des GM, le PSIG, la DGSI, la SDRT, un peloton de renseignement de la gendarmerie, des gendarmes locaux et du continent ( unité de Charleville-Mézière par exemple ) et du beau monde en civil. Au même moment la ZAD d’Echillais nous appelle pour nous avertir qu’ils et elles se faisaient attaquer, il était 06h 05.

L’État a voulu frapper un grand coup pour affaiblir le mouvement. Dominique Bussereau, le Président du Conseil Départemental de la Charente-Maritime déclare à Manuel Valls et Bernard Cazeneuve « que l’évacuation d’Oléron et d’Echillais » signifie que la légalité républicaine est maintenant respectée. Comment peuvent t-ils parler de légalité républicaine ? Cet acte est une dérive de plus à l’encontre de la démocratie. Prochainement l’Etat défigurera la Maison Heureuse, lundi 18 mai des ouvriers devraient murer le bâtiment et mettre des portes blindées sur un si bel endroit. C’est de la dégradation délibérée, un saccage de plus exposé aux yeux de tous-tes. D’ici quelque temps, un promoteur va louer les bâtiments pour en faire un centre de remise en forme pour sportifs de haut niveaux. Privatiser un lieu public classé historique pour le profit, c’est bien la marque d’un néolibéralisme décomplexé qui ne se cache plus. A la place d’un centre pour des Zlatan et autres stars milliardaires, faisant d’Oléron une réplique de l’Île de Ré, nous défendions le projet d’un centre culturel et social, un espace de gratuité et d’échange, ce qui manque cruellement à l’île. En outre, des plantes en voie de disparition et protégées ont été recensées dans l’enceinte de l’établissement, et nous étions sur le point de demander à l’intégrer dans la zone Natura 2000 voisine.

Ces deux interventions simultanées sur les ZAD d’Oléron et d’Echillais auront mis au total 16 copains et copines en G.A.V. Deux d’entre eux ont été mis hors de cause, quatre autres ont fait l’objet d’un rappel à la loi, et sept seront convoqué-e-s le 11 septembre à 9h au Tribunal Correctionnel de la Rochelle dans le cadre d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité. Deux copains ont été transférés au parquet le 13 mai à 9h du matin et ils seront jugés au Tribunal Correctionnel de la Rochelle le 9 juillet à 16H. L’un passe pour outrages et violences sur gendarmes pour des faits antérieurs qu’il conteste, et pour recel d’électricité avec dégradations. En attendant, il a interdiction de se rendre dans la commune de Saint-George, sous peine de détention provisoire jusqu’au jugement. L’autre copain est accusé de recel d’électricité avec dégradations et refus d’ADN, et il a aussi interdiction de se rendre sur toutes les communes de l’ile d’Oléron sauf celle de Dolus ; et interdiction de voir tous les personnes présentes lors de l’expulsion jusqu’au jugement sous peine de détention provisoire.

Suite à notre arrestation, nous avons été éparpillé-e-s sur Rochefort, Marennes, Nieul-Sur-Mer, Cozes, Saint-Jean-d’Angély, Angoulins, Pons, Saintes, Jonzac et l’Ile de Ré. A noter, personne n’a été dans une gendarmerie sur l’Ile d’Oléron. Les 4 toutous ont été mis à la fourrière de Saint Pierre d’Oléron et nous avons du payer 100 euros pour les récupérer. Le village de Boyardville a été quadrillé de gendarmes et ils ont fouillé tous les véhicules y entrant . Les forces de l’ordre empêchaient tout rassemblement autour de la Maison Heureuse et des pelotons patrouillaient tout autour. Le site est encore bien surveillé par les chiens de garde de l’Etat, et la Maison Heureuse n’est donc plus accessible.

C’est donc une chance qu’un ostréiculteur nous propose une terre sur Dolus, Route des huîtres. Nous commençons dès aujourd’hui à investir le site de la nouvelle ZAD d’Oléron, et nous voudrions utiliser que des matériaux écolo pour nos constructions, dans le respect de notre environnement et du vivant que nous défendons. Ce site est magnifique et cette nouvelle ZAD se trouve au cœur d’un site ostréicole d’importance ! La lutte ici ne fait que commencer, l’expulsion de la Maison Heureuse doit renforcer le mouvement, car l’enjeu est important. Le projet de filières de moules et d’huitres dans la Malconche est surdimensionné, financé à 70 % par l’argent public. Il ne servira qu’a une poignée d’ostréiculteurs avide de vouloir produire plus en mettant en péril le reste de la profession restant dans le bassin, et menaçant le fragile équilibre de l’écosystème marin. Le projet de la Malconche n’est qu’un début, à terme c’est 14 000 hectares de zone aquacole qui devrait être mis en place sur les côtes de la Charente-Maritime, d’Oléron jusqu’à la Rochelle.

Les travaux dans l’Anse de la Malconche devraient commencer très rapidement. Mais il reste encore des recours juridiques pour stopper le chantier, mais pour cela nous avons besoin du soutien de la population pour faire monter la pression face au CRC, la lutte ne fait que commencer !

Ici ou ailleurs soyons partout, ZAD Partout !

+ Info Régionale FRANCE 3 du 17/05/2015 sur la réouverture de la ZAD d’Oléron !! 

http://pluzz.francetv.fr/videos/jt_1920_poitou_charentes.html

+ Suivez nos ami-e-s de la ZAD d’Oléron sur leur site officiel : http://zadoleron.com