De tout bois #10 est dans les bacs!

Les éditions Le monde à l’envers publient le 10ème numéro de « De tout bois », revue de lutte contre le Center Parcs de Roybon.

detoutbois10.jpg

Revue de lutte contre le Center Parcs de Roybon
Numéro 10, automne 2018
ISBN 979-10-91772-26-6
ISSN 2426-3486
Publication trimestrielle, 20x28cm, 36 pages, 2 eurosCette revue se donne pour but de faire vivre la lutte contre le Center Parcs de Roybon (Isère) et d’en laisser des traces.
Au-delà du cas particulier de cette lutte, la revue De tout bois tâche de tisser des liens avec les grands enjeux actuels (écologie, crise du capitalisme, nouvelles formes de luttes).

Au sommaire :
Au sommaire : « Au-delà des cagoules », « Chronologie de la lutte depuis le précédent numéro de la revue » et « Violences à Roybon », par le Comité de rédaction ; « État de droit et cha-cha-cha ! (suite) : Le code forestier de nouveau modifié au bénéfice de Pierre & Vacances », par Henri Mora ; « Les zones humides au Conseil d’Etat » et « Marche pour la forêt : montrons-leur de quel bois on se chauffe ! », par la Coordination Center Parcs : Ni ici, Ni ailleurs ; « Chronique d’une exécution », par Nicolas Bonanni ; « Les quatre enseignements de l’opération de maintien de l’ordre à Notre-Dame-des-Landes », par la Gendarmerie Nationale ; « Quelques sortilèges pour défendre la forêt des gendarmes et des mauvais esprits », par Çui-ci du groupe des sans-groupes ; « On fera pas dans la dentelle ! Quelques pistes contre l’industrie textile (et son monde) », par Les mal lainées ; reportage photographique.
_
Les 9 précédents numéros sont disponibles.

Particuliers
Cette revue est disponible dans toutes les librairies. Il est également possible de nous passer commande directement.
Infokiosques
Si vous souhaitez distribuer ce numéro, contactez-nous.

Catalogue complet sur :
http://lemondealenvers.lautre.net

Editions Le monde à l’envers
22 rue des violettes
38100 Grenoble
0769906972
mondenvers@riseup.net

Le jugement dernier encore une fois repoussé…

Yop!

Mercredi 21 novembre, le Conseil d’Etat a rendu son verdict concernant le recours de Pierre&Vacances contre la cour d’appel de Lyon qui avait jugé la construction du Center Parcs illégale. Le Conseil d’Etat considère que la cour de Lyon doit rejuger l’affaire. Comme l’impression qu’ils font durer ce petit jeu juridique, depuis le premier jugement négatif pour Center Parcs, à Grenoble, en juillet 2015… ça aurait pu être la décision décisive, cette fois-ci, mais non, toujours pas, alors c’est reparti pour un tour! La cour de Lyon se penchera sur le dossier en 2020, selon les médias, alors nous avons le temps, à c’qu’on dirait…

Ce jugement pourrait être favorable à Pierre&Vacances s’il leur laisse le temps (encore!) de consolider leur dossier et d’argumenter sur la question des zones humides, domaine où ils semblent avoir déjà pas mal magouillé (cf par exemple le texte Zones humides disponible plus bas sur ce blog). Mais il laisse aussi aux associations d’opposition la possibilité d’exposer à nouveau l’ensemble de leurs arguments, et de les réaffirmer. Difficile donc, comme toujours, d’anticiper sur le résultat du jugement…  D’autant plus que cette affaire, pensons-nous, révèle un peu plus à chaque péripétie son caractère éminemment politique et exemplaire (car le cas du Center Parcs de Roybon est crucial pour la question de la protection juridique des zones humides en général).

Enfin bref. Que continue la bataille juridique, donc. Celles et ceux qui ne s’en tiennent pas à ça sont toujours prêt.es à (ré)agir, également. L’occupation et la lutte continuent.

Vous êtes toujours les bienvenu.es sur zone pour aider à améliorer les cabanes pour l’hiver, passer dire bonjour, etc.

A bientôt dans les bois, ou ailleurs!

Le calme avant la tempête (?)

Compte tenu de l’activité juridique et des évènements récents, il y a peut être urgence pour se réactualiser vis à vis d’une expulsion. Nous proposons de se rencontrer pour échanger les infos ensemble mercredi à partir 17h jusqu’à 20h ou dimanche de 15h a 18h à la marquiz. Etant donné la proximité des dates, il nous a semblé judicieux d’avoir 2 plages horaires pour que plus de personnes puissent venir si elles le souhaitent.

Pour replacer la situation rapidement, la partie juridique se met en branle avec le conseil d’état qui à entamé le dossier sur la loi sur l’eau, qu’on attendait depuis des mois.
Le Conseil d’Etat s’est réuni le 7 novembre pour statuer sur la loi sur l’eau concernant le projet de Center Parcs à Roybon. La décision peut tomber rapidement (deux semaines, ou peut-être plus ?).

De plus les activités policières s’activent dans le secteur ces dernières semaines, avec plusieurs repérages à l’hélicoptère dont celle de jeudi dernier qui a duré plus d’une demi journée, des patrouilles régulières, l’opération du 17 octobre …

De là, certains s’attendent à une expulsion rapidement lorsque le conseil d’état aura tranché, voici une bonne occasion de passer, se revoir.

PS : Ramenez de quoi grignoter si vous comptez rester le soir

La Nature n’a pas de prix. Non à sa marchandisation!

Comment la Norvège a-t-elle prévu de devenir « neutre en carbone » sur son territoire en 2030 tout en contribuant à la pollution planétaire du fait de son industrie pétrolière et gazière ?

– Eh bien c’est grâce aux multiples COP ( CDP en français Conférence Des Parties qui regroupe actuellement 196 pays)qui prônent à terme la « neutralité carbone ». Or contrairement à ce que l’on croit il ne s’agit pas forcément de réduire les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) qui continueront à augmenter, mais de « compenser » ces émissions grâce aux marchés financiers du Carbone, en obtenant des « crédits carbone » en achetant des forêts et ds domaines agricoles en Amazonie et en Afrique qui sont de fait des « permis à polluer. »
Dans cette situation, le Brésil choisira-t-il de conserver ses forêts ou de déforester, en fonction de la hausse ou de la baisse des cours mondiaux du soja et du Carbone ?

Par quel miracle, la « valeur des services écosystémiques » rendus par les abeilles est-elle évaluée à 143,3 milliards d’€ et celle d’un castor à 108 500 € ?

– Grâce au chiffrage, à la monétarisation et à la financiarisation du vivant par les économistes et autres « écologistes de marché » qui ont réussi à transformer ce qui était hors du système marchand en produits spéculatifs.

Par quels mécanismes, la protection de la nature est-elle devenue un droit à polluer, à bétonner, à détruire partout et en toute légalité par exemple à NDDL et Roybon ?

– Malgré le triptyque trompeur « Éviter, Réduire, Compenser » de l’écologie gestionnaire, les deux premiers préceptes (éviter réduire) sont quasi  systématiquement « oubliés » dans tous les projets au profit (sans jeu de mots) de la « compensation ». la loi légalise de fait le « droit à détruire » la nature en  usant et abusant de la (soi-disant) « compensation écologique » qui est un vaste jeu  de dupes dont nous sommes, avec l’ensemble du vivant, les pigeons.

La  crise écologique et climatique actuelle pourrait-elle être une  « formidable opportunité » économique et financière ?

Nous vivons dans un monde où le capitalisme prétend apporter des palliatifs technologiques et financiers à l’empoisonnement généralisé qu’il génère (eau, air, sols, milieux, vivant, santé, reproduction, alimentation …) au profit de quelques-uns. À quel « prix » pour le reste de l’humanité et le vivant ?

Contre les fausses solutions qui ne sont qu’une fuite en avant au profit de la finance et des empoisonneurs, luttons pied à pied partout où nous vivons, en dépit des lois pernicieuses et des mensonges sous toutes les formes qui se présentent : manifestations, occupations, assemblées générales, réalisations concrètes…

Nous vous invitons à venir nombreuses et nombreux, débattre avec Antoine Costa, jeudi 29 novembre à partir de 19 h  à l’Atelier des Canulars, 91 rue Montesquieu, 69007 Lyon.

Bar, petite restauration et table de presse sur place.

Le livre « La nature comme marchandise » est constitué de textes d’A. Costa et d’entretiens avec  Ch. Bonneuil, R. Keucheyan, V. Maris et A. L. Sablé (chercheurs), A. Kachi (Carbon Market Watch), S. Angerand (Amis de la Terre), les décompenseurs en lutte (NDDL) et bien d’autres.

NINA Lyon

nina-lyon@riseup.net

1-Costa Abeille.jpeg

Réunion du conseil d’état

Mis à jour le 8 novembre, 14h

Les médias ont annoncé la réunion du conseil d’état ce mercredi 7 novembre pour statuer sur le projet de Center Parcs à Roybon.

La décision peut tomber rapidement, la semaine prochaine, voire prendre jusqu’à 15 jours.

Soit le conseil décide l’arrêt du projet en l’état soit il juge qu’il y a eu des failles dans les procès précédents et réoriente le dossier vers un nouveau tribunal.

Dans tous les cas soyez alerte face à la menace d’une potentielle expulsion.

À bientôt dans la forêt


Récap juridique un peu plus complet:

Mercredi 7 novembre 2018, le Conseil d’État se penche sur le dossier du Center Parcs de Roybon. Ce jugement fait suite à deux échecs juridiques pour la société Pierre & Vacances, porteur du projet, un premier à l’été 2015 à Grenoble et le second, en appel, à Lyon, en décembre 2016. Par deux fois, il a été considéré que Pierre & Vacances ne disposait pas du nombre de zones de compensation suffisant pour compenser la destruction de la zone humide du bois des Avenières.

C’est donc l’épreuve de la dernière chance pour Pierre & Vacances, qui n’aura pas d’autre recours si le Conseil d’État (plus haute instance juridique française) refuse sa demande d’autorisation pour les travaux de son centre de vacances à Roybon. L’Europe ne lui serait d’aucun secours dans cette histoire : elle n’interviendra pas dans cette affaire, elle ne l’aurait fait que pour pénaliser l’État français s’il ne respectait pas les lois de protection de l’environnement, or ici, si le Conseil d’État bloque Pierre & Vacances, les lois de protection sont respectées !

Les médias annoncent que le rendu du Conseil d’État devrait tomber « d’ici la fin du mois de novembre ».

Les issues possibles à ce jugement :

– soit la demande de Pierre & Vacances est refusée, et s’en est fini du projet actuel de Center Parcs. Reste à voir si Pierre & Vacances ne proposera pas un autre projet, ou ne tentera pas de revendre la forêt qu’il avait achetée, ou encore de l’utiliser comme réserve de zones de compensation pour d’autres projets…

– soit la demande de Pierre & Vacances est acceptée, et dans ce cas, deux possibilités : soit le Conseil d’État casse l’arrêt du tribunal de Lyon et renvoie l’affaire à un autre tribunal, ce qui est le plus probable, ou bien il décide de juger lui-même l’affaire et de donner le feu vert à Pierre & Vacances (il y a peu de chance qu’il fasse cela).

Quelles conséquences pour la zad ?

– Si le Center Parcs est bloqué, à l’issue de la décision du Conseil d’État, il y a de fortes chances pour qu’une expulsion soit lancée rapidement, afin de débarrasser la zone de ses « vilains parasites zadistes »…

– Si l’affaire est renvoyée à un autre tribunal, sans doute ne lanceront-ils pas une expulsion avant le résultat (jusqu’à maintenant, ils n’ont pas bougé, préférant attendre la fin des recours). Mais nous ne pouvons pas en être sûr.es.

– Si Pierre & Vacances reçoit l’autorisation de réaliser le Center Parcs, il aura quand même d’autres démarches à faire avant de pouvoir démarrer les travaux (par exemple, mener une étude concernant les problèmes d’assainissement du centre de vacances, qui lui a été demandée par les tribunaux). Mais il est probable qu’une expulsion arrive rapidement.

Projection en soutien à l’Amassada

Samedi 3 novembre, RDV à la Marquise pour une nouvelle soirée pizza-proj’!

Ce soir-là, au menu: soutien à la lutte contre les éoliennes industrielles et le méga transformateur à l’Amassade, Saint-Victor-et-Melvieu, dans le Sud Aveyron.

Pizzas à partir de 19h

20h30: projection de Pas Res Nos Arresta, film sur la lutte de l’Amassade

Suivi d’une discussion sur l’actualité de la lutte

PRNA

Perquisition, j’écris ton nom (2ème round)

Mercredi 17 octobre vers 10h, c’est reparti : 50 « gens d’armes », répartis en 2 équipes de 25, sont arrivés simultanément aux barricades Nord et Sud. Les deux équipes se sont ensuite rassemblées pour débarquer à la Maki. A noter, la présence du traditionnel hélicoptère.
Cette opération était officiellement un simple contrôle d’identités et fouille de véhicules, apparemment une ou plusieurs personnes étaient recherchées. Une personne ayant refusé de donner son identité a été embarquée.
Plus d’infos suivront.

Jeudi 11 octobre à 11h: Présentation de « Ça grésille dans le poteau »

Livre & Recueils sonores sur la lutte contre la ligne très haute tension dans la Manche

MONTABO_CD

Ce livre et son dvd tentent de prendre du recul sur la manière dont a été menée la lutte entre 2005 et 2013, aux endroits qui étaient alors des points névralgiques de la résistance contre RTE (Réseau de Transport d’Electricité) et ses pylônes de ligne Très Haute Tension (THT). Malgré la construction du projet, nous n’avons pas renoncer à l’idée de raconter la lutte par celles et ceux qui l’ont vécue de l’intérieur: les habitant-e-s, les agriculteurs-trices, les élu-e-s, les militant-e-s, les sans étiquettes. Nous avions en tête de conserver et compiler une mémoire orale des histoires de lutte de chacun-e. Ne pas perdre la mémoire de ces événements et la diffuser. La partager avec tout un chacun mais aussi avec celles et ceux qui se retrouvent confrontés aux mêmes histoires, qui se retrouvent embarqué-es dans des luttes du jour au lendemain, comme ça, parce que leur cadre de vie se retrouve menacé. Il était important pour nous de faire entendre la parole de ces gens, de leur donner l’espace, de raconter les événements qui ont été, pour eux, les plus marquants. Le dvd audio est avant tout une épopée documentaire sonore, réalisée en amateur, totalisant un peu plus de sept heures d’écoute, et le livre est la trace écrite de cette épopée.

RDV:    Paillette Paillasse à 11h jusqu’à 14h, repas partagé, écoute sonore & discutions.    (Départ groupé à la Maison forestière de la marquise à 10h30).

Marche pour la forêt : montrons-leur de quel bois on se chauffe

4 marches organisées par les syndicats de l’ONF traverseront la France afin dénoncer les dangers pesant sur la forêt.Retour ligne automatique
Une d’elle partira le 2 octobre de Valence. Elles se termineront le 25 octobre en forêt de Tronçais (Allier)

Membres de la coordination des luttes contre les projets de Center Parcs à Roybon (Isère), au Rousset (Saône et Loire), et à Poligny (Jura), nous appelons à soutenir et à rejoindre « La marche pour la forêt » organisée par les personnels salariés de l’ONF et celles et ceux qui se battent contre les politiques destinées à :

  • Privatiser la gestion des forêts publiques
  • Réduire leur protection et leur libre accès
  • Les livrer aux technocrates et aux financiers
  • Accéder aux exigences mortifères du capitalisme : forêts artificialisées devenues, pour les besoins du privé comme du public, usines à bois, usines à touristes, usines à compensation écologique…

La forêt publique, qui représente 25 % de la forêt française, n’est pas la seule menacée : il s’agit de reconnaitre à toute forêt ses fonctions nourricières, productives ainsi que la part d’ intime et de sensible qu’elle occupe dans nos vies.

La forêt n’aurait jamais dû cesser d’être et doit redevenir :

  • Un domaine vivant pour la faune et la flore (qu’elles soient ou non répertoriées comme fragiles ou « à préserver ») ainsi que pour tous ceux qui en ont l’usage ou s’y réfugient.
  • Un milieu permettant de protéger nos lieux de vie contre certains risques naturels (glissements de terrain, avalanches, raz-de-marées, etc…)
  • Une ressource en bois à considérer de manière non prédatrice et consciente de ses limites, indissociable d’une réflexion collective sur nos besoins, usages et savoirs-faire.
  • Un espace de promenade de cueillette ; de découverte de la nature, de méditation ou de repos, un refuge parfois, sans valeur marchande et à préserver en tant que tel.

Comme partout, des menaces pèsent sur nos forêts : les promoteurs de Center Parcs (Pierre et vacances, l’Etat et les collectivités territoriales) ont déjà abattu plusieurs hectares de forêt en Isère et menacent de faire de même dans le Jura et en Saône et Loire pour y construire des clapiers à touristes avec bulles tropicales, routes, parkings, fast food, magasins de souvenirs, superettes et autres résidences de tourisme…Retour ligne automatique
N’oublions pas le contournement de Strasbourg, Bure, l’a45, NDDL

Infos pratiques

4 marches parties de Perpignan, Strasbourg, Mulhouse et Valence passeront par villes et villages pour converger dans la forêt de Tronçais (Cérilly ) Allier le 24 octobre. Le 25 un grand rassemblement aura lieu dans la forêt.Retour ligne automatique
Tout le monde peut participer : marche, hébergement, information…

Pour des raisons pratiques, il est préférable de s’inscrire sur le site de la marche : Retour ligne automatique
https://marche-pour-la-foret.webnode.fr/

Rendez-vous mardi 2 octobre, à 9 heures précises, Place de la Mairie à Valence pour le départ de la marche.

Elle passera par l’Ardèche, la Haute-loire, le Puy-de-dôme et l’Allier.Retour ligne automatique
Toutes les étapes, ici.

Vive la forêt espace de vie et de partage, à bas les usines à bois du capitalisme vert !Retour ligne automatique

Coordination Center Parcs – Ni Ici Ni Ailleurs