Réponse à l’article de France 3 sur l’incendie de Palette Palace

Publié le

Article à lire ici : http://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/center-parcs-roybon-maison-zadistes-incendiee-1344021.html

Comme on vous en informait dans un précédent communiqué, la cabane « Palette Palace » a été incendiée vendredi après-midi. L’alerte a été lancée à 17h, une heure plus tard les pompiers étaient sur place. Serge Perraud, maire de Roybon, ne sait donc vraiment plus quoi inventer quand il déclare à France 3 que « cela pourrait être un incendie accidentel déclenché lors d’une fête en soirée ». D’une, l’incendie s’est déclenché en plein après-midi, de deux, il n’y avait personne dans la cabane, aucun poêle ou même bougie allumé, et enfin, un autre sabotage a eu lieu le même après-midi, de l’autre côté de la zone, à « Saboté », où des arbres ont été tronçonnés pour tomber sur une autre cabane.
Il s’agit donc clairement d’un sabotage, et d’ailleurs, ce n’est pas le premier. Plusieurs incendies ont déjà été déclenchés depuis que nous occupons la forêt, par exemple celui d’une partie de la maison forestière en novembre 2015, et celui de 16 hectares de forêt en mars 2016, incendies revendiqués par un mystérieux « marine2022 » (cf article de France 3). Mais ce ne sont pas les seuls incendies que nous ayons subis. Par exemple, la cabane « Saboté » porte bien son nom, ayant été incendiée et sabotée plusieurs fois. « Tropik », une autre cabane qui borde la route, a elle aussi déjà été la cible de cocktails Molotov.
Nous ne croyons pas à l’existence de ce « marine2022 ». Et d’ailleurs peu nous importe, car les sabotages qu’ils ont revendiqués sont noyés dans la masse des actes de violence que nous avons subis.
Nous ne demandons pas pourquoi les auteurs de ces violences n’ont jamais été inquiétés, tellement cela nous semble évident. Qu’on pense aux personnes violentées par des pro Center Parcs au début de l’occupation, aux plaintes déposées, notamment contre l’incendie de la maison forestière dont l’origine a clairement été identifiée comme criminelle par les forces de l’ordre, à tous ces incendies et sabotages variés. Les élus, bien loin d’appeler au calme, ont laissé faire, voire même souvent, incité à la haine.
Il n’est donc pas étonnant que M. Perraud ne veuille pas voir la vérité en face et démente la revendication de « marine2022 », quand on sait qu’il gère les admissions dans le groupe Facebook des pro Center Parcs, groupe dont les discussions sont souvent dignes d’une cour de récré : à un tel niveau de compromission obstinée et peu maligne dans un projet toujours déclaré illégal, on lui dirait que ce sont les lutins qui incendient nos cabanes qu’il n’y verrait que du feu !
D’ailleurs, vous ne trouvez pas ça fort, que certains pro Center Parcs soient prêts à faire cramer la forêt pour nous virer, alors que si elle brûlait, Pierre & Vacances n’aurait plus grand intérêt à y construire son Center Parcs ? Il s’agit plutôt de haine contre nous, de haine identitaire, que de défense de ce projet économique…
Un dernier mot, concernant les journalistes cette fois-ci : partout où ils vont tourner des images, ils demandent avant ; pourquoi pas quand ils viennent nous voir nous ? Nous sommes pourtant joignables via le numéro de téléphone qui est indiqué sur notre site internet. Quant au fait qu’on aie « lâché [nos] chiens » sur les journalistes de France 3 mercredi, nous tenons à rappeler que nos chiens sont toujours en liberté. Et enfin, pour celles et ceux qui penseraient que nous refusons systématiquement d’accueillir les journalistes, qu’illes aillent voir les différents reportages réalisés par France 2, par exemple.
Pour finir : n’hésitez pas à aller faire un tour sur la page des besoins de la ZAD, actualisée après l’incendie. Une fois que le matos nécessaire sera rassemblé, nous lancerons un appel à chantier.

Merci à tout.es et à bientôt dans les bois !

Publicités

Besoins et compétences – 2017

Publié le Mis à jour le

Mise à jour du 22 octobre 2017

Bonjour! Sur zone, on aurait besoin de:

  • bouffe: conserves, soupes en poudre, fruits secs
  • matos: lampes torches puissantes type Maglite, piles AAA, LR14, 1,5V, frontales

Et, en cas d’expulsion, nous allons avoir besoin de:

  • bouffe toujours: riz, semoule, pâtes, lentilles, haricots, pain, huile (cuisson et olive), …
  • matos: bouteilles de gaz, palettes

+ le kit personnel à avoir sur soi si vous venez nous rejoindre:

  • matériel basique de médic’
  • briquet, allume-feu
  • frontale
  • masque
  • réchaud
  • fruits secs
  • rechanges
  • dodo (tente, duvet…)

 

Edit du 11 octobre 2017

Suite à l’incendie de Palette Palace, Barricade Sud aurait besoin de :

– couvertures
– extincteurs. On peut récupérer les extincteurs vides seulement s’ils sont à cartouches de CO².
– piles, en masse !
– frontales
– gants
– matos de construction. Outils, et matériaux : dosses, planches, palettes…
RDV pour un chantier une fois qu’il y aura assez de matos pour pouvoir construire et retaper!

—–

Ami.es et soutiens, on vient de nous l’annoncer : la région a rejeté notre demande d’aide pour acheter du matériel scolaire. Apprendre ça à quelques jours de la rentrée, quel choc ! Le budget demandé était pourtant bien loin des 4,7 millions d’euros donnés par la région au projet de Center Parcs en 2016 (1ère année du règne de Lolo Wauquiez). Et comme « Center Parcs n’aura pas lieu », on s’est dit que cet argent pourrait servir aux groupes qui font des choses intéressantes. Comme ces « bobos » (dixit le président de la région) de la FRAPNA, qui cette même année ont vu leurs subventions amputées de 50 %.
Comme nous sommes tou.tes des fainéant.es qui ne font rien de leurs journées, on laisse le soin au Couac (journal indépendant stéphanois) de tenir les chroniques des wauquiézeries quotidiennes. Et on s’est contenté.es de remettre à jour la liste des besoins de la ZAD.
Au plaisir de vous voir, dans la forêt ou ailleurs !

PS : Comme nous ne touchons toujours pas nos 90 euros par jour (de la part de.. de qui, déjà ?), les occupant.es de la forêt iséroise ont contacté la centrale syndicale interZAD, qui envisage une action aux Prud’Hommes. Nous vous tiendrons informé.es des évolutions de la lutte.

– Medic
Compresses, ciseaux gesco, sparadraps, sérum physiologique, chlorexidrine, bandes (bandes velpo), pansements chu, tampons absorbants, bombes de froid, écharpes, vaseline
couvertures de survie
antidouleurs (paracétamol codéiné, dafalgan codéiné, tramadol)
Contenants pour faire des kits medic (petits sacs et sacs à dos)

– Ateliers / chantiers
Papier de verre, touts types de grain
Colle néoprène
Un combiné à bois
Un toupie à rainurer
Tuiles (mais seulement si c’est une grosse quantité du même type de tuiles, sinon on ne saura pas quoi faire avec)
20 m² de tôles pour refaire le toit de la scène à la Marquise
Couvertures et tapis pour préparer l’hiver à ACAB

– Autre
Sac(s) de frappe et matos de boxe
Un.e bricoleur.euse de vélos

Tout matériel de défense antifasciste

Sabotages sur la ZAD de Roybon

Publié le Mis à jour le

Salut à tou.te.s,

Quelques précisions suite au communiqué précédent, et des nouvelles.

Vendredi, la cabane « Palette Palace » a brûlé dans un incendie volontaire . Le même jour, 4 arbres ont été coupés pour tomber sur Saboté un autre lieu de vie, barricade. Mais l’éternel Saboté a tenu le coup !

Ces actes arrivent en pleine journée, et visent clairement à nous intimider et à détruire nos habitats.

Sabotages, pressions policières, rumeurs d’expulsion… La tension monte.

On vous invite à passer quand vous voulez, à venir aux événements et aux prochains chantiers.

Restez vigilant.es sur les infos…

Et soyez prêt.es à nous rejoindre au besoin !

*

La cabane « Palette Palace » qui a été un lieu de réunions, de vie depuis le début à été entièrement détruite dans un incendie le 5 octobre 2017 :

2017-10-05-sabotages_incendie_palette_palace-12017-10-05-sabotages_incendie_palette_palace-2

 

Le même jour, un autre sabotage à la barricade Nord :

Plusieurs arbres ont été tronçonnés dans le but de les faire tomber et écraser l’habitation.

2017-10-05-sabotages_incendie_palette_palace-4

 

« Feu » Palette Palace :

2016- 05-08-CHantier_charpente_Terre_Paille-barricade_SUD-202016- 05-08-CHantier_charpente_Terre_Paille-barricade_SUD-23

Communiqué – Roybon, ça bouge à la ZAD..

Publié le

L’affaire Pierre &Vacance n’est toujours pas réglée en justice, mais les forestiers pourraient bien reprendre les coupes et récupérer leur bois prochainement. La police multiplie ses visites. On peut s’attendre à du mouvement.

Maintenez-vous aux aguets, parlez-en autour de vous et n’hésitez pas à venir aux champignons !

Lectures zapatistes – Jeudi 5 octobre 2017

Publié le

a9-soy-mujer-zapatista

Saluti !

Jeudi soir à la maison forestière de la Marquise, lectures zapatistes. Venez nombreux-ses échanger autour des mouvements zapatistes en Amérique Latine, et notamment autour de la place des femmes dans ces mouvements. Une bonne occasion pour se retrouver !

Quelques thématiques plus détaillées :

– le premier soulèvement zapatiste du 8 mars 1993, mené par des femmes

– les résonances avec Zapata et les événements de 1911

– les mouvements zapatistes un peu partout en Amérique Latine

-… 🙂

A Notre-Dame-des-Landes pendant l’Ambassada, maintenant à Roybon !

En solidarité avec ces autres luttes, parce que nous aussi nous revendiquons un autre usage des terres, un autre rapport au monde.

PS : si vous ne pouvez pas venir jeudi, RDV bientôt quand même ! N’hésitez pas à passer, à vous tenir au courant des autres événements, et à en proposer.

A bientôt dans les bois !

Peinture zapatiste issue de l’exposition « Murs avec vues », 2016

Brochure « NON » – Discussion croisée Roybon-A45-Amassada

Publié le Mis à jour le

Non-couv

A propos de notre refus commun des projets d’aménagements, mais aussi de ce qui est proposé comme des « alternatives » afin de poursuivre le course effrénée du capitalisme.. Et quelques horizons politiques.
Librement téléchargeable, imprimable, diffusable. Retours bienvenus !

A télécharger ici : NON

Dimanche 13 août: CUMBIA LIBRE

Publié le Mis à jour le

Bonjour à tout.es !

Nous sommes ravie.es de vous inviter à une soirée cumbia à ACAB, sur
la zone occupée de Roybon, le dimanche 13 août.

C’est le groupe de
cumbia féministe des Valientes Gracias qui nous fera le plaisir de venir
jouer. On prévoit aussi une projection, de la bouffe colombienne végan,
un bar, et peut-être d’autres surprises à venir !
Plus d’infos sur le groupe :
https://valientesgracias.wordpress.com/

Valientes

Marche et week-end festif des opposants à l’A45 – 1 et 2 juillet

Publié le Mis à jour le

L’assemblée de lutte de Saint Etienne organise une semaine de marche de Saint Etienne à Lyon, partie le 27 juin et arrivant le 4 juillet devant l’Hotel de Région à Lyon (Confluence).

Toutes les informations se trouvent sur le site de la coordination des opposants, ainsi que les différentes étapes pour rejoindre la marche ou simplement participer aux soirées. Vous pouvez contacter les organisateurs et organisatrices à gr45@riseup.net et sur l’infoline : 06 82 92 08 77

La coordination organise, pour sa part, un week-end festif à Saint Maurice sur Dargoire les 1er et 2 juillet. Des ateliers, débats, formations, concerts seront proposés. Des personnes venues de la ZAD de Roybon seront présentes pour tenir une table de presse et échanger, à côté des camarades du comité de soutien lyonnais à Notre-Dame-des-Landes.

On se retrouve là-bas !

affiche-a45-1-2-juillet-04-05-2017

 

9 et 10 juin – Festival Vulvizare à ACAB

Publié le Mis à jour le

EDIT : La nouvelle affiche est arrivée, vous la trouverez ci-dessous, avec toutes les infos !

Au programme : musique, lectures, discussion anti-carcéral..

VulvizareAffiche - copie.jpg

Les camarades de ACAB organisent un festival musical et une bouffe vegan sur la Zone ! Une première affiche a été éditée, et la programmation ne va pas tarder à arriver. Prévoyez tente, bonne humeur et paillettes pour venir festoyer.
En attendant les détails, vous pouvez retrouver la carte de la Zone ici pour vous rendre à ACAB.
A très vite !

Vulvizare

Le 8 mai à Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs – La Résistance c’est maintenant

Publié le Mis à jour le

Lundi 08 mai. La commune de Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs accueille la troisième édition d’un machin nommé « Course de la Résistance ». C’est à Jean-Pierre Barbier, président du Conseil Départemental (et partisan notoire de la construction d’un Center Parcs dans les Chambarans) qu’on doit cette brillante idée. Officiellement il s’agit, à travers différentes courses (à vélo et à pied) de « rappeler le sens historique de la date du 08 mai »( la Libération, pas le massacre de Setif) en « mettant en lumière les lieux emblématiques de la seconde guerre mondiale en Isère ». Dans les faits, on a plutôt affaire à une énième opération de communication sur le dos de la Résistance visant à se donner bonne conscience tout en encaissant un maximum d’argent frais. Car, fait notable, la participation aux courses est payante (de 5 à 25 euros selon les parcours).

On est quelques-uns a être énervés contre ce genre d’opérations d’auto-célébrations visant à une unification factice autour d’une Histoire mythifiée, alors que dans la vraie vie la guerre des classes n’a jamais été si féroce.

D’une part la Résistance est loin de l’image d’Epinal des livres d’histoires (conflits entre ces différentes composantes, culte des chefs, présence de l’extrême droite). D’autre part, la résistance est sans cesse conjuguée au passé. Les autorités préferent en donner une version sentant fortement la naphtaline et servant le storytelling national, tout en envoyant dans le même temps ses pandores nasser et gazer les manifestants comme à Paris le 01 mai.

Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs est aussi à moins de 20 kilomètres de la ZAD de Roybon, ou l’on lutte toujours contre l’implantation d’une usine à touristes. Au lendemain d’une élection qui a donné le pouvoir à un larbin de l’ultralibéralisme et vu une candidate néofasciste récolter plus de 33% des suffrages exprimés, il nous a semblé utile de rappeler que la résistance est vivante et pas au musée.

Munis d’une banderole et de tracts, on était quelques-uns à s’être levé tôt pour faire entendre une autre musique que celle de la fanfare. Le tractage s’est bien passé.

pdfLa Résistance c’est maintenant

 

La banderole, ou était écrit « la résistance c’est ici est maintenant » a été décrochée au bout de 10 minutes par des agents de la mairie. On a pu la récupérer pour la tenir à bout de bras plus de trente minutes. On a même eu droit à une interview avec photo du Daubé. Mais, alors qu’on partait, les gendarmes sont intervenus. L’un d’eux, trés agressif, nous l’a arraché des mains, tout en nous gratifiant d’une leçon de morale sur le thème du « vous devriez avoir honte de faire ça ». Le dialogue était impossible. Dommage, on aurait aimé lui demander s’il avait honte d’appartenir à une police qui vote à 65% pour les néofascistes du FN qu’auraient combattu les résistants célébrés 20 mètres plus loin. On a pu aussi noter que dans la (F)rance de Macron la Marseillaise avait remplacé le chant des partisans.