Nanina : « Moi aussi je suis zadiste »

Publié le Mis à jour le

IMG_20141208_215026 Lire la suite »

Publicités

Annie : « Moi aussi je suis zadiste »

Publié le Mis à jour le

annieMoi aussi je suis ZADiste parce que je veux une nature sauvage : la regarder, l’écouter, la sentir, la saisir et la donner ainsi à la génération future. J’ai 58 ans, suis retraitée, étais à vos côtés le 30 novembre, et le serai lors d’un prochain rassemblement. Suis admirative de vos prises de décision faites dans la bienveillance, le respect de l’autre, et l’efficacité de votre organisation.
Je suis ZADiste et j’assume.

Lire la suite »

Daphné : « moi aussi, je suis zadiste »

Publié le Mis à jour le

Je m’appelle Daphné et je suis Zadiste parce que je ne sais pas faire autrement. J’ai 28 ans et dans ma petite vie, j’ai essayé de trouver ma place de différentes manières. J’ai fait une école de commerce et j’ai travaillé dans des entreprises, grandes et petites, mais je me suis vite rendue compte que quelque chose clochait dans ce monde là. Lire la suite »

Surya : « Moi aussi, je suis zadiste »

Publié le Mis à jour le

PN-554490Je m’appelle Surya, j’ai 22 ans, j’habite dans le 42 et je sors tout juste d’un BTS technico-commercial. Lire la suite »

Moi aussi je suis Zadiste (2)

Publié le Mis à jour le

Et voila 4 nouveaux Zadistes que nous sommes bien heureux de vous présenter ce soir ! Surya, Daphné, Annie et Nanina ! Lire la suite »

Nouvelles de la ZAD – 8 décembre

Publié le Mis à jour le

Depuis une semaine, le chantier est arrêté. La route d’accès au chantier est inaccessible, et les préfabriqués sont occupés depuis la nuit dernière. Tôt dans la matinée les vigiles n’ont pas pu accéder au chantier, et l’huissier accompagné des employés a constaté ensuite l’arrêt des travaux.

Lire la suite »

Marick : « Moi aussi, je suis zadiste »

Publié le Mis à jour le

pour ninoMoi aussi je suis ZADiste parce que je veux une terre belle et bienveillante pour Nino, mon petit fils. J’ai 57 ans, j’habite Roubaix dans le Nord de la France, et je suis formatrice en expression écrite et culture générale. Je soutiens autant que je le peux les ZAD présentes, et je le ferai pour celles qui viendront, chaque fois que des gens se lèveront contre les bétonneurs et profiteurs de tout poil. Lire la suite »

Appel automédia : « Moi aussi je suis ZADiste ! »

Publié le Mis à jour le

moi aussi je suis zadiste

Voici une proposition d’action destinée à tou-te-s ceux et celles qui soutiennent la lutte contre ce Center Parcs (et autres GPII).

Un zadiste, c’est toi, c’est moi, c’est elle, c’est eux, c’est tou-te-s celles et ceux qui veulent défendre une zone menacée par un projet petit ou grand. Chaque zadiste a son histoire, ses motivations, ses modes d’action. Pour contrer le fantasme du méchant/violent/fainéant (rayez la mention inutile) zadiste, nous invitons tou-te-s celles et ceux qui le souhaitent à nous envoyer leur auto-portrait que nous relayerons sur une page spéciale du blog.

Voir les portraits déjà en ligne !

Plusieurs formats sont possibles : Lire la suite »

Au-devant des manifestants pro-Center Parcs

Publié le Mis à jour le

Dimanche 7 décembre, nous sommes venu-e-s à cinq offrir du café, rencontrer et échanger avec les manifestant-e-s pour le Center Parcs de Roybon.

Pour exprimer notre démarche nous avions des cartons « Je suis venue papoter pas provoquer », « je suis venue comprendre et écouter », et « nous sommes tous frères ». Notre intention était de nous présenter, d’être dans l’écoute, la compréhension des motivations des pro-Center Parcs, et non pas dans l’argumentation, ou même la volonté de les convaincre.

Du côté des manifestants était aussi perceptible l’envie globale qu’il n’y ait pas de violence. Mais la communication a été difficile. Les manifestant-e-s pour le Center Parcs ont exprimé beaucoup de colère, de préjugés et certain-e-s nous ont insulté-e-s, voire menacé-e-s. Collectivement, ils ont fait le choix de ne pas discuter avec nous, et seulement deux personnes se sont approchées pour nous parler, au départ dans des échanges vifs, puis la tension est retombée au fur et à mesure de la discussion.

Nous sommes conscient-e-s que la plupart des pro-Center Parcs sont d’abord motivé-e-s par le constat d’une crise économique forte à Roybon, constat que nous partageons. Nous n’avons simplement pas la même vision de la solution à apporter à ce problème.

Nous n’abandonnons pas le dialogue avec les partisan-ne-s du projet, et nous souhaitons bientôt proposer d’autres occasions d’échanger avec tou-te-s celles et ceux qui se sentent concerné-e-s par le devenir de la forêt des Chambarans et du territoire.