textes divers

La Zad, c’est pas l’Amérique (Poème d’un ami de passage)

Publié le Mis à jour le

ABCD poèmes en 3 jours à la ZAD :

A

La ZAD c’est pas l’Amérique,

Ici y a des primevères,

Et c’est loin les Etats-Unis.

Pourtant les parasites créent panique

Pourtant on voit du vert

La ZAD c’est pas les Etats-Unis :

T’es pas un indien,

T’es un Davy Crockett

Après la lutte

Après la lutte

Si tu restes.

C’est pas rien

Un endroit où il n’y a rien.

La ZAD c’est pas une terre pour les pionniers,

Tu peux pas y faire que ça :

Te trouver.

Nous sommes tous des petits êtres perdus dans la forêt.

B

La ZAD c’est pas l’ Amérique,

Réfléchis et aie un peu de logique :

Tu ne resteras pas ici.

Base arrière éphémère,

Contradictions positives

De toutes les luttes éphémères.

Des années peut-être pourtant,

Toutes ces luttes éphémères

Offrent du temps :

La faille est dans les friches

Ouvrir

A ouvrir.

C

Et allez, encore une fête

Si on pense aussi à la défaite

On l’anticipe.

Les Etats-Unis ne se défendent pas

Ils attaquent.

ZAD y pense-tu ?

Cogite encore un peu…

Si on pense à être un peu

Sans être de trop,

Pas trop marcher dans la forêt,

Les mulots, les petites bêtes

Aussi ont droit au beau.

Si on pense qu’on ne fait que passer,

Même, on laisse des traces.

C’est fait,

Si on passe,

On marque :

Homme moderne en plastique,

Regarde ta quantité de déchets

Même là

Et remarche : explique.

Non, tu ne vas pas te cacher bien longtemps dans cette forêt.

D

L’envie de sortir

Courir s’étaler autour :

Construis pas trop, toujours

Pour être quelque part

On se met à construire,

Occuper les lieux.

La forêt est-elle une jungle ?

Mieux, ou pire,

Pas de crocodiles,

Et plus de loups,

C’est facile

Les forêts par chez nous,

C’est facile,

C’est pas trop facile.

Mais il s’en passe des choses loin du bois,

Il s’en passe des choses.

De partout c’est la fête,

Les fumigènes même veulent s’y mettre !

Dans les bois

Publié le Mis à jour le

Beaucoup de potes éloigné-e-s nous disent avoir du mal à recevoir des nouvelles sur l’occupation de Roybon, je vais tenter sans trop m’éterniser de vous faire un récit de la vie sur place.

Pour celleux qui n’ont pas trop suivi la chronologie : suite à l’ouverture de la maison « Maquizad », en bordure de chantier, des actions ont été menées sur zone pour inviter les déboiseurs à ne plus travailler pour Pierre & Vacances, suite à quoi une clique de vigiles zélés ont gazé et tapé des potes. En réponse une marche au flambeau a été organisée qui a permis d’évacuer les forcenés d’Alternative Securité dans la joie et de réquisitionner leur algécos, lieux dit de la ZAD rebaptisé « ACAB ». Dès lors des barricades assez massives ont été érigées aux entrées sud et nord de la zone rendant impossible le retour des machines de destruction industrielles ou policières. A savoir que la zone à défendre est une grande et jeune forêt défigurée par une large route de chantier.

Désormais nous vivons (ou gravitons) autour de quatre lieux de vie majeurs : Camp-a-gnole(sud), Acata, la Maquizad et Saboté (nord). Les différents recours juridiques nous ont laissé le temps d’installer nos cocons, malgré un hiver rude, et tous les lieux sont (quasi) autonomes en eau et électricité solaire. Nos jardins commencent à y fleurir. Les jours de pluie on peut retrouver son camp envahit par des hordes de grenouilles en pleine parade nuptiale, les jours de beau temps on peut se faire prendre en embuscade par les meutes de poules qui vaquent librement sur la zone. Une partie de « vol de drapeau » permanente a été initiée il y a quelques mois entre tous les lieux-dits, certains matins au réveil on découvre au dessus de sa maison un drapeau français ou bolchevique (humiliation suprême) à la place du jolly roger. Côté répression, une a deux fois par semaine quelques « flèches » du PSIG viennent se frotter aux barricades, comme des enfants qui jouent avec un chalumeau, ils repartent prestement. De manière irrégulière l’hélico des méchants survol avec désespoir la zone à la recherche de chimériques accès alternatifs. Sur les toits des cabanes quelques proses leurs sont dédiées.

Suite au « traumatisme » du festival open barrikad on s’attendait à l’enclavement et l’isolement que nous promettaient nos détracteurs, mais force est de constater qu’illes avaient tort. Avec les beaux jours les soutiens locaux affluent de nouveaux et les jeunes du coin viennent slalomer en Quad entre nos barricades. Les discussions et réflexions sur la légitimité de notre présence dans les « terres froides » ont été centrales ces derniers mois et à la source de beaucoup de remises en questions. Il s’est passé beaucoup de choses en sept mois d’occupation et nous n’avons pas toujours pris le temps de regarder autour de nous lorsque nous avancions. L’évènement « Au pré de ma zad » du week end dernier marque un tournant dans notre manière d’envisager la lutte contre le center park. Celui de rendre plus poreuses les frontières de la ZAD, et notre envie de partager nos combats bien au delà.

J’espère que ce bref récit vous donnera envie de venir passer un bout d’été avec nous. Il est le point de vue d’un seul habitant et d’autres expériences viendront l’étayer. Bien d’autres textes régulièrement produits peuvent vous transmettre les moultes réflexions qui traversent nos lieux de vie, dans des brochures tels que De tout bois et Chambar’tout.

Salutations rebelles.

Un habitant du bois des Avenières

Point juridique sur la Zad de Roybon

Publié le

Un petit récapitulatif sur la situation juridique entourant le projet de Center Parcs et l’occupation de la Zad.
Une version actualisée et plus documentée sera publiée dans le numéro d’été de la revue De tout bois.

À propos de l’expulsion des occupants :
aucune procédure n’est en cours

– L’occupation de la Maquizad a été constatée par huissier. À notre connaissance, à ce jour aucune action judiciaire n’a été entamée par le propriétaire (l’ONF) pour en demander l’expulsion. Les occupants devront alors être avertis par courrier de la date du procès.
– L’occupation de la Zad ne fait pas l’objet d’une demande d’expulsion de la part de Pierre & Vacances, propriétaire du terrain. Pierre & Vacances a embauché une entreprise pour clore le terrain. Cette clôture n’est pas nécessaire d’un point de vue juridique pour demander l’expulsion. La Maquizad et la Zad n’appartenant pas au même propriétaire, leurs expulsions nécessitent deux jugements différents.
– De son côté, Ségolène Royal, ministre de l’écologie, a déclaré qu’il fallait que la justice se prononce sur le fond avant d’ordonner une expulsion.

A propos de la suspension des travaux :
le défrichement est interrompu par la présence des zadistes. Les travaux d’infrastructures (non commencés) sont suspendus par le référé « loi sur l’eau ».
Deux recours sur le fond sont en cours (« lois sur l’eau » et « espèces protégées »). Les jugements devraient avoir lieu en juin, avec un verdict un mois plus tard.

Il existe deux types de recours contre un acte administratif : en référé suspensif (suspension de l’acte) et en jugement sur le fond (annulation de l’acte).
Sur ce dossier, il y a eu quatre recours principaux : référé loi sur l’eau, jugement sur le fond loi sur l’eau, référé espèces protégées, jugement espèces protégées.

– Référé loi sur l’eau : le 23 décembre 2014, le tribunal administratif a suspendu les travaux liés au dossier loi sur l’eau (c’est à dire les travaux plus lourds : mise en place des cottages, assainissement…) mais pas le défrichement. Face à cette décision, Pierre & Vacances s’est pourvu en cassation : le référé doit être rejugé en Conseil d’Etat. Pour l’instant, le Conseil d’Etat a déclaré recevable la demande de réexamen et on ne sait pas quand elle sera examinée. Dans le courant de l’été ?
– Référé espèces protégées : le 23 décembre 2014, le tribunal a rejeté ce référé. PCSCP a saisi le Conseil d’État pour casser la décision du Tribunal administratif ; le Conseil d’État a refusé de prendre en considération la demande.
– Jugements suspensifs lois sur l’eau et espèces protégées : les requêtes initiales ont été déposées en novembre, le dernier mémoire complémentaire (espèces protégées) a été déposé fin avril ; le dernier mémoire loi sur l’eau fin mai. Les deux instructions sont maintenant closes. Le président de la cinquième chambre a déclaré que : « les décisions au fond sur ces différents recours devraient intervenir d’ici la fin juin 2015. » (communiqué de presse du 23/12/2014). L’audience aura lieu en juin peut-être, puis le verdict est donné un mois après en général. A l’issu de l’audience, le tribunal ne donne pas de date de délibéré. Quelque soit la décision, il y aura un appel. Mais ce jugement n’est pas suspensif : c’est bien le référé qui bloque les travaux.

En deux mots, les occupants sont tranquilles jusqu’à l’été. Mais si le tribunal administratif rend un verdict sur le fond qui rejette les recours, rien n’empêchera légalement la reprise des travaux de défrichement et d’infrastructures.

Merci à la fédération des pêcheurs de la Drôme, à l’association PCSCP et à Maitre Costa pour le temps qu’ils nous ont consacré.
Si vous disposez d’informations complémentaires ou contradictoires, merci d’écrire à la revue aux bons soins des éditions Le monde à l’envers.

La douloureuse

Publié le Mis à jour le

Quelques propositions suite à l’expulsion de la Zad de Sivens le 6 mars 2015
par un agrion de Marcuse et une lézarde dans la muraille
texte publié dans le deuxième numéro de la revue de lutte contre le Center Parcs de Roybon De tout bois (printemps 2015)

« Faute de soleil, sache mûrir dans la glace. »
Henri Michaux, Poteaux d’angle

« Nous disons les choses ainsi parce que nous les voyons ainsi et nous les voyons ainsi parce que nous avons appris à les dire ainsi. C’est le syndrome Pucinar. (Pucinar était un chat à moitié sauvage. Il était méchant parce qu’on se méfiait de lui et on se méfiait de lui parce qu’il était méchant.) »
Emmanuel Hocquard, Une grammaire de Tanger

Automne 2014. L’Etat français s’inquiète de la multiplication des Zones à Défendre sur le territoire. La situation devient plus qu’embarrassante lorsque la justice légitime l’opposition à l’implantation d’un Center Parcs dans les Chambaran et que l’opinion publique, émue par la mort d’un opposant au barrage de Sivens, semble pencher en faveur de la contestation. Pour Manuel Valls, il est urgent de réaffirmer l’autorité de l’Etat afin de rassurer les milieux d’affaires : rien ni personne n’empêchera la poursuite des grands projets lucratifs.

Hiver 2015. À Sivens, l’Etat s’est fait la main, sans résistance ou presque. La liquidation du Testet lui a servi de laboratoire pour adapter ses méthodes contre-insurrectionnelles à la nouvelle forme de contestation représentée par les Zad. En l’occurrence, le principal ingrédient du succès fut de s’appuyer sur d’autres forces que les forces de l’ordre : des milices, censées incarner « la population locale en colère » ou « les paysans » (1) – ce qui tient beaucoup à une particularité de la lutte de Sivens : s’opposer à un projet qui, dans le discours au moins, profiterait à « l’agriculture ».

À la mi-décembre, l’expulsion de Sivens se préparait déjà. Alors que les premières actions, très médiatisées localement, des « pro-barrage » avaient lieu, le préfet refusait la demande d’abrogation déposée par le Collectif Testet et FNE (2). Ce qui revenait à cracher dans la main tendue par le rameau légaliste et citoyen du mouvement d’opposition, puisque cette demande d’abrogation, huée par d’autres composantes du mouvement, proposait une « sortie de crise » honorable aux autorités. Si elle avait été acceptée, le projet initial aurait été abandonné sans remise en cause du saccage entrepris à marche forcée par les autorités en septembre-octobre (alors qu’une demande d’annulation aurait pu conduire à déclarer ce saccage illégal – ce qui aurait eu d’autres conséquences juridiques, notamment pour les inculpés) (3). En fait, les autorités mijotaient leur propre plan de sortie, un plan qui ne passerait pas par la « démocratie participative » et la cogestion de la crise avec les organisations écologistes et citoyennes, mais par l’activation des réseaux clientélistes inféodés aux élites départementales.

Mi-février, Ségolène Royal déclarait que le projet initial était abandonné, et le Collectif Testet chantait victoire dans les médias, avec ce que cela entraîne de démobilisation. Deux semaines plus tard, sous l’étendard des « brigades anti-pelluts » (4), de petits groupes bloquaient les accès routiers à la Zad deux week-ends d’affilée. Confortablement protégés dans leurs exactions – destruction de voiture d’opposants, menaces, vols de nourriture destinée à la Zad – par les gendarmes présents en nombre. C’est cette stratégie qui a été amplifiée pour l’expulsion, avec succès.

Alors certes, l’expulsion de la Zad de Sivens le 6 mars dernier a été proprement orchestrée par l’Etat et son parti. Mais qu’on se le dise, elle a aussi largement joué sur les contradictions – les oublis, les fatigues, les faiblesses – d’un mouvement hétéroclite qui peine à solidifier ses bases. Autrement dit, on s’est sacrément fait ratiboiser.

Nous proposons ici quelques réflexions sur les faiblesses du mouvement d’opposition que l’expulsion de Sivens a révélées – et qui nous ont rendu impuissants à contrer la reprise en main étatique, pour perturber un tant soit peu l’issue décidée par les autorités. Il s’agit de savoir pourquoi nous n’en avons pas été capables ; et de s’en rendre capable, à Sivens, à Roybon ou ailleurs. Non pour se mortifier : « la douloureuse », c’est l’addition que l’on réclame en riant à la fin d’un repas entre amis. Mais pour payer moins cher la prochaine fois – et peut-être même ne pas payer du tout.

Une grande faiblesse de la lutte repose sur l’abîme entre les militants convaincus et les sympathisants isolés. Les premiers barbotent dans leur jus, les seconds hésitent à faire trempette avec eux. D’un côté une bande d’originaux vaguement effrayants, de l’autre des foules silencieuses mais bienveillantes. Mélangeons-nous, bousculons ce clivage et inventons dans ce décalage d’autres formes de lutte. Si vous aussi, vous faites partie d’une foule silencieuse et bienveillante, défoulez-vous. Occupants des Zad, le ghetto guette… La lutte ne sera victorieuse qu’en cas de rencontres improbables. A Sivens, il y a eu peu de comités actifs d’opposants non-occupants dans les villages alentour ; la bonne idée de favoriser la mise en place de lieux de réunion et de collecte, dans les communes voisines, a fait long feu, et l’assemblée des Bouilles (qui s’était constitué comme un collectif d’occupants), le dimanche à la Zad, est restée trop centrale : ce qui a contribué à la spiralité de la lutte et donc à son affaiblissement. Le foisonnement local de formes d’organisation souples permettraient à chacun, sans forcément de culture ou d’expérience politique, de participer à la lutte en dehors de la Zad, tout en conservant une autonomie et une liberté d’initiative par rapport aux AG du collectif d’occupation. Pourquoi, par exemple, ne pas imaginer la constitution de comités d’action (comme en mai 68) (5) ? De petits groupes organisés par village, qui soutiendraient matériellement les occupants de la Zad et seraient porteurs d’une « parole contraire », selon la formule d’Erri de Luca (6).

Toujours dans l’idée de renforcer la lutte en la « dézadifiant », à Sivens nous avons ressenti durement le manque d’un lieu de réunion public en dehors de la Zad. Une fois la Zad encerclée et tout rassemblement interdit (par arrêté municipal ou préfectoral), difficile de se réunir, de s’organiser, d’être visible et de porter et de partager une parole. Faute d’un tel espace, nous avons souvent erré dans les villes et sur les routes sans savoir où nous retrouver et nous avons parachevé la stratégie d’invisibilisation de la lutte par le pouvoir. L’existence d’un ou plusieurs QG, de base-arrières publiques ailleurs que sur la Zad, aurait été très utile tout au long du mouvement. De lieux où les opposants, occupants ou non, auraient pu se retrouver, et où les sympathisants, curieux, indifférents, auraient pu les rencontrer – un espace tampon entre la Zad et l’arrière-pays, un espace de brassage différent que celui que proposait la Zad, intimidant pour bien des lecteurs des journaux locaux, des « locaux » de ville ou de village pour démystifier en acte rumeurs et propagande. Avis à qui disposerait d’un lieu dans une commune voisine, d’énergie pour en ouvrir un ou de l’envie de disposer d’un tel lieu.

Au-delà de la question du lieu, notre invisibilité a aussi été une conséquence de la division du travail politique entre les opposants. Le mouvement d’opposition à Sivens était polarisé entre le Collectif Testet, qui se disait légaliste et s’occupait du versant juridique et médiatique, et celui des Bouilles, investi dans la lutte sur le terrain et l’occupation de la forêt. Après le 25 octobre, le collectif Testet a pris ses distances avec l’occupation. Par conséquent, la semaine de l’expulsion fut une semaine blanche. Nous n’avions presque aucun moyen de faire entendre une voix dissonante. Abandonner à une composante du mouvement tout le travail médiatique et juridique, c’est être réduit au silence en cas de dissociation. Quatre mois après la mort d’un jeune homme à Sivens, les autorités sont parvenues à expulser la Zad de Sivens dans la plus grande discrétion. Les relations et représentations médiatiques, aussi fastidieuses soient-elles pour beaucoup d’entre nous qui n’y voyons que fumisterie, ne doivent pas être abandonnées aux collectifs légalistes, ni à la partie adverse, ni laissées aux bons soins des quelques-uns les plus bavards. Pour trouver un compromis entre le fait de donner sans retenue dans les clowneries journalistiques et l’invisibilité absolue, il s’agirait de s’entendre sur quelques principes simples. Si nous sommes tous bien d’accord sur le fait que « l’absence aujourd’hui d’un chef à la tête de notre mouvement correspond à sa nature même » (Rosa Luxemburg), il faut pourtant que la parole porte ; assurer sa circulation. Et avant de la faire circuler, la définir avec précision, voire la réinventer si nécessaire (7). À Sivens, il nous a manqué la capacité de mettre en mots avec beaucoup plus de clarté (donc de simplicité) la vision du monde défendu par l’occupation et les raisons de l’opposition. Cela passe par l’abandon du langage écotech qu’affectionnent à la fois le pouvoir et les branches les plus écologiquement correctes du mouvement d’opposition. Rendre sa valeur au langage commun est la plus révolutionnaire des tâches à mener aujourd’hui.

Autre point crucial. La particularité de la Zad de Sivens était de s’opposer à un projet agricole porté par les édiles locales tarnaises (à l’inverse, par exemple, de la ligne TGV Lyon-Turin, projet perçu par les piemontesi comme venu d’ailleurs). Contrairement à un projet étranger à son territoire, contre lequel la communauté aurait pu se souder, la communauté locale tarnaise s’est vue divisée par ce barrage porté par certains de ses membres. Cette particularité impliquait donc, et c’est peut-être le nerf de la guerre, un ancrage local fort. Nous l’avons cherché et nourri. Mais après la mort de Rémi Fraisse, compte tenu de l’écho national de la lutte, le travail politique local a été trop délaissé. Soigner les liens locaux est un souci à maintenir quotidiennement. Etablir et alimenter des relations solides avec les voisins, les organisations des villages adjacents – marchés, cafés, paysans, etc. À Sivens, la Zad s’est vue progressivement isolée, transformée en un ghetto militant et assimilée à un vaste squat de campagne, avec toute l’imagerie effrayante que cette image implique. Nous sommes pourtant persuadés qu’une majorité de tarnais s’oppose au barrage et aux élus véreux qui l’ont commandité – mais nous ne sommes pas parvenus à les faire sortir de leur passivité et de leur retenue. Pour y parvenir, il aurait fallu nous-mêmes sortir d’Internet et reprendre le travail politique local de base – celui dont on dit que seul le FN le fait encore : tractage dans les marchés et les boites aux lettres, affichage, réunions et rassemblements publics. Nous ne manquons pas de textes argumentés, qui posent clairement les problèmes politiques et les choix de société qu’impliquent les grands projets inutiles ; à chacun de les photocopier et de les distribuer. Pas besoin pour cela d’appartenir à un collectif ou à une association : c’est un effort que toute personne qui refuse le projet peut simplement mettre en œuvre. À chacun d’organiser dans son village des soirées de discussions largement ouvertes. À chacun d’inviter un voisin sympathique, mi-figue mi-raisin sur la question du barrage, à venir se promener sur la Zad. Une excellente initiative à retenir de la lutte de Sivens : en septembre 2014, de nombreux opposants locaux ont écrit et distribué aux habitants de leur commune une lettre en réponse à un courrier de propagande du Conseil général (8).

Voilà donc quelques propositions pour surmonter les faiblesses constitutives des Zad comme moyen de lutte : les tensions internes et les difficultés d’organisation qui en résultent et le sentiment de « parachutage » que certains riverains ne peuvent manquer de ressentir quand une Zad « débarque » à quelques encablures de chez eux – sentiment sur lequel les médias ont joué jusqu’au bout : le 6 mars, ils ont pu écrire en gros titre que la vallée de Sivens « occupée » était enfin « libérée ». Refusons d’être des occupants. Essayons d’être des habitants. Ne recreusons pas au sein de la lutte les fossés qui existent dans la société que nous refusons.

Aux Zad, citoyens (9) ! Rentrez dans la Zad, mais sachez en sortir. Pour lutter contre la destruction de la terre, il faudra lutter contre la destruction de la communauté des hommes. « Car il est presque aussi difficile de fabriquer de la société que de la nature (10). »

Un agrion de Marcuse et une lézarde dans la muraille

Notes :

(1) Historiquement, le recours à des milices pour soutenir la police pour le maintien du statu quo n’a rien de nouveau : telle a été la fonction historique de l’extrême droite. A ce propos, lire le texte de Matthieu Amiech et Célia Izoard, « Qui veut la peau des Zad ? », sur http://blogs.mediapart.fr/blog/helene-duffau/150315/qui-veut-la-peau-des-zad

(2) Le Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet et France Nature Environnement sont les deux associations écologistes engagées dans la lutte contre le barrage de Sivens.

(3) Sur cette question juridique de la distinction entre abrogation et annulation et ses conséquences politiques, lire les textes de Bernard Viguié sur le site du collectif Tant qu’il y aura des bouilles, https://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/.

(4) Les sweet-shirts portaient également la glaçante mention « Soutien à la gendarmerie ».

(5) Sur le rôle essentiel des « comités d’action » en mai 68, lire Kirstin Ross, Mai 68 et ses vies ultérieures, Agone/Le Monde diplomatique, 2010.

(6) Erri de Luca, La Parole contraire, Gallimard, 2015. Ouvrage écrit après son inculpation en Italie pour « incitation au sabotage » dans l’affaire du TGV Lyon-Turin. On regrette la mollesse du livre, qui joue sur la polysémie du terme « sabotage » au lieu de prendre nettement position : parole contraire, mais pas très claire.

(7) Il est surprenant de constater que, pour parler de la diffusion d’une pensée critique d’un modèle dominant aujourd’hui, nous n’avons pas de mot. Il faut choisir entre les termes « propagande » (qui a été kidnappé par le fascisme) et « communication » (à connotation publicitaire).

(8) Quelques-unes de ces lettres sont disponibles dans le livre collectif Sivens sans retenue, La Lenteur, 2015.

(9) Slogan repris comme titre d’un texte de l’Observatoire de l’évolution, disponible sur demande.

(10) Bernard Charbonneau, Le feu vert, Parangon/Vs, 2009.

Archives des différentes publications

Publié le Mis à jour le

bonjour à tous,
Pour faciliter et d’une certaine manière remercier les opposants au projet de Center Parcs pour leur long travail d’archivages, nous vous invitons à visiter le site http://chambarans.unblog.fr/ pour prendre connaissance des parutions médiatiques précédentes à ce jour.
Nous publierons donc maintenant seulement les nouvelles parutions des divers médias.

Encore merci aux blogeurs pour ce travail d’archivage particulièrement riche !

Lettre ouvertes aux élus de Drôme et d’Isère…

Publié le Mis à jour le

Bonjour

Nous relayons ici une publication de PCSCP contenant une lettre ouverte aux élus locaux au sujet des derniers événements survenus autour de la ZAD Roybon.

Nous en profitons pour apporter notre soutien à ces citoyens indignés par le jeu des élus et des médias concernant les violences multiples dont ont été victimes de nombreuses personnes autour de la ZAD.

http://www.pcscp.org/Lettre-ouverte-aux-elus-Drome-et.html

A bientot dans les bois…

Appel aux Jardinières et aux Jardiniers de tous les Horizons

Publié le Mis à jour le

A venir se rassembler sur la Zone en vue de commencer à cultiver la Terre.

Avec un rendez vous de prise de contact et de plantation d’une parcelle d’échalotes sur la Zone

RDV ce 13 mars à 13H à ACAB

On y parlera aussi du « Sème Ta Butte » à venir

Un Sème ta Butte où se mêleraient plantation de patates et création de buttes, ateliers et balades,,,

Nous cherchons des connaissances sur les espèces en tous genres qui nous entourent, entre autre pour organiser  des ballades naturalistes tout au long de la semaine du 05 avril

Ainsi que tous types d’outils agricoles inutilisés, abimés ou pas.

Nous commençons la quête de fumier composté ou de compost mûr pour finaliser la composition des  buttes que nous créerons début avril.

Ce type de démarche vise aussi à créer un réseau paysan avec les différentes personnes et les différentes fermes des alentours, n’hésitez pas à venir nous demander un coup de main sur un de vos chantiers !!!

Bienvenu.e.s sur la Zone Libre de Roybon

A bientôt sur les buttes

Témoignage d’une étudiante de passage à la ZAD Roybon

Publié le Mis à jour le

Bonjour

Voici pour revenir à des réalités plus utiles et réjouissantes, le témoignage d’une des deux dernières étudiantes venues sur la ZAD Roybon, pour y préparer un rapport de stage basé sur la protection de l’environnement. Ces rapports de stages serviront à valider leurs baccalauréats au mois de Juin prochain.

Bien que ces étudiants se déplacent en toute autonomie dans la forêt des Chambaran, nous sommes ravis de leur ouvrir les portes de la zone à défendre, les plongeant ainsi au cœur de cette lutte pour la protection de la vie et bien plus encore…

Les ZAD seront-elles un jour considérées d’utilité publique ? Ces étudiants qui nous rejoignent et nous aident par leurs connaissances environnementales sont-ils une nouvelle marque de notre légitimité à combattre ce qui nous semble injuste ?

Dans le cœur et l’esprit de certains de nos diplômés en environnement, comme pour bien d’autres personnes, il semble que cela soit déjà le cas…

A bientôt dans les bois…

Les Lutines et les Mutins de la forêt des Chambaran…

Lettre d’une habitante de Roybon à propos du blocage de la route

Publié le Mis à jour le

A Mesdames et Messieurs, les conseillères et conseillers généraux.

Quelle ne fut pas ma stupeur en apprenant que la route reliant Roybon à Montrigaud était fermée. Cette route permet aussi de rejoindre Romans et la vallée du Rhône via Saint Donat.
Lisant rapidement les raisons de cette décision du conseil général, je n’ai d’abord lu que le passage précisant que c’était en raison « des évènements liés à la réalisation du Center parcs, » que cette route était barrée.
J’ai tout de suite pensé que le défrichage de la forêt des Avenières était en cause.
– Peut être les sangliers, dérangés de leur bauge, étaient-ils venus se réfugier sur cette route plutôt calme ?

Lire la suite »